Actualité

Séminaire transversal mensuel sur " Le libéralisme dans tous ses E/états "

Date(s)

le 19 octobre 2020

Le séminaire transversal mensuel sur " Le libéralisme dans tous ses E/états ", proposé par les laboratoires ICD (Interactions culturelles et discursives - EA 6297) et IRJI (Institut de Recherche Juridique Interdisciplinaire - EA 7496) de l’Université de Tours continue, en présentiel masqué (et en distanciel synchronisé).

Olivier Richomme, Maître de conférences HDR de civilisation américaine à l’université Lumière Lyon-2, membre de l'UMR 5206 : Triangle sur « Crise de la démocratie libérale aux Etats-Unis : le cas de la représentation politique des minorités »


Présentation de l'intervention :

Les politiques de redécoupage des circonscriptions électorales qui visent à promouvoir la diversité ethno-raciale au sein des législatures soulèvent de nombreuses questions. Premièrement, cette politique publique, qui est loin de faire l’unanimité, semble entraîner le pays vers l’établissement d’une norme de proportionnalité ethno-raciale dans la représentation politique qui n’est pas sans rappeler que l’on observe avec les autres politiques d’affirmative action. De plus, à cause d’une polarisation ethno-raciale très forte, c'est-à-dire la propension des électeurs à voter pour des personnes qui appartiennent au même groupe qu’eux, l’élection des candidats issus des minorités s’effectue au prix d’élections non compétitives. Le haut niveau de ségrégation résidentiel, le respect de l’égalité numérique entre circonscriptions et les réformes visant à prévenir la dilution du vote des minorités ethno-raciales, entrainent un amoindrissement de la compétition électorale. Ce que le découpage des circonscriptions électorales redonna d’une main en termes de légitimité au système représentatif américain, il reprit de l’autre en termes de compétitivité. Enfin, depuis les années 1970, le Parti démocrate est devenu le parti des droits civiques et donc le parti des minorités. Ce qui veut dire que la plupart des candidats non-blancs sont Démocrates. L’affiliation partisane et l’affiliation ethno-raciale viennent donc se combiner, compliquant par la même les stratégies électorales des deux partis. Le dilemme du Parti démocrate contemporain est qu’il est devenu le seul parti susceptible de « faire une place » aux candidats minoritaires et concentre donc à lui seul l’impératif de diversité du corps des élus. Une des illustrations de la crise que traverse la démocratie représentative aux Etats-Unis est le fait que le prix de la diversité en politique repose, pour l’instant, presque exclusivement sur le Parti démocrate.

Présentation de l'intervenant :


 

Olivier Richomme est maître de conférence - HDR à l’Université Lyon 2. Il est membre de l’UMR 5206 – Triangle. Ses domaines de recherche sont les statistiques ethno-raciales, les politiques de promotion de la diversité et le droit de vote, en particulier la question du redécoupage électoral.

Récentes publications: Race and Partisanship in California Redistricting: From the 1965 Voting Rights Act to the Present. Lexington, 2019; “’Fair’ Minority Representation and The California Voting Rights Act, National Political Science Review, vol. 20, 2, 2019, p. 55-75.


 

Rejoindre la réunion Microsoft Teams